Goux 2009 – Espace de mobilité

Les érosions de l’Adour le font se rapprocher dangereusement du canal. Il est dévenu nécessaire de déplacer le canal de Cassagnac qui est en même temps un canal préleveur  (notamment pour l’irrigation) et un canal vecteur hydraulique qui peut s’assimiler à un bras de rivière dès lors qu’il existe également des contraintes de qualité, piscicoles, halieutiques, patrimoniales.